La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

 

A lire aussi sur le sujet :

Les mots pour le dire...

 

 

 

 

A consulter aussi :

Les réponses à toutes vos questions

 

« Un ordre de chevalerie contemporain qui réforme les titres d'anciens régimes en méritocratie dans un idéal de courtoisie »

  • Cette notion implique que les titres méritocratiques de Rondmons ne relèvent pas d’une monarchie de droit divin mais bien d’une institution démocratique de droit public. Il est temps de changer d'ère...

  • Il n'est plus possible de revenir sur les titres aristocratiques d'anciens régimes. La création de micro-nations, de pseudo-titres ou de faux-semblants pour quelques €uros n'y changera rien. Par contre il est possible de créer une nouvelle noblesse du 3ème millénaire à travers la courtoisie et le respect. Un titre de Rondmons n'a de sens que dans ce contexte.
  • Au cours des siècles, l’idéal chevaleresque s’est transformé. Il est vain de vouloir opposer un modèle à l’autre, si l’on prend soin de considérer qu’il s’agit bien de conceptions différentes de la chevalerie qui peuvent, en certains cas, s’enrichir.
  • Cette distinction est résumée en un mot : FARGE

    - Chaque titre forme un lemme linguistique : ex. Chevalier-Farge ou Baron-Farge

    - Cette distinction qui se mérite et qui représente une noblesse sociale n’est attribuée qu’aux Chevaliers titrés, hommes et femmes confondus.

    - La particule Farge (suffixe pour forgeron : celui qui reforme…qui réforme) est une distinction des titres de Rondmons de tout autre ordre ou anciens régimes. Il ne peut pas y avoir de confusion avec ses titres du 3ème millénaire dont la racine est de surcroit justifiable.

  • Un FARGE est totalement libre, ne rend de comptes à personne et n'a pas d'obligation envers la Fondation qui protège son titre. Il en est le possesseur unique et il en dispose comme il le veut. ...Et surtout : il entre dans l'Histoire.

  • La lecture approfondie du site est donc nécessaire pour comprendre ces aspects essentiels. Au bout du compte la seule question est "comment s'acquitter d'un tel montant?" (valeur du titre). La réponse est simple : "Faire un choix" ou "mettre un pied à l'étrier".
  • Si ces notions fondamentales sont bien saisies, toute personne est en droit de faire l’acquisition d’un titre et de le porter dans le monde entier.

 "Il n'y a rien de noble à être supérieur à ses semblables. La vraie noblesse consiste à être supérieur à celui qu'on était avant." Ernest Hemingway